• Les compétitions scientifiques au USA :

    Les compétitions scientifiques au USA :

     

    Les compétitions scientifiques, un bref aperçu

    Depuis une décennie, le nombre de compétitions dotées de plus de 100.000 dollars a triplé, représentant plus de 375 millions de dollars investis a posteriori dans différents projets de recherche scientifique et technologique [2]. Il existe aujourd'hui des centaines de compétitions scientifiques [2 ; 3].

    Aux Etats-Unis, 45 agences gouvernementales (dont la NASA, le NIH et la Darpa) proposent plus de 225 prix scientifiques [1 ; 4]. En Janvier 2011, le Président Barack Obama a signé le traité "America Competes Act", permettant à n'importe quelle agence fédérale de mettre en place des compétitions dont les récompenses peuvent aller jusqu'à 50 millions de dollars pour une découverte scientifique considérée "utile" [1]. Cependant, des questions se posent alors : pourquoi substituer les financements de recherche sur projets par des récompenses dans le cadre de concours ? Par ailleurs, comment décider qu'un objectif scientifique vaut plus qu'un autre ?

    Chaque compétition est organisée suivant le même procédé : l'organisateur du concours fixe un objectif scientifique qui lui semble d'intérêt général et offre une récompense financière à la première équipe de chercheurs (professionnels ou amateurs) qui trouvera une solution. Les plus grandes compétitions scientifiques incluent les "Centennial Challenges" de la NASA, le "Qualcomm Tricorder X PRIZE" de la Fondation X PRIZE [5], et les "Grand Challenges Explorations" de la Fondation Bill & Melinda Gates.

    Certains organisateurs de compétitions externalisent la gestion des concours à des sites comme InnoCentive qui encourage le "crowdsourcing" [6 ; 7]. Le site InnoCentive répertorie des compétitions ; il est rémunéré par l'organisateur du concours et partage les revenus générés par la future découverte. Les personnes souhaitant participer à des concours peuvent s'inscrire gratuitement. Elles doivent alors remplir un questionnaire approfondi sur leurs domaines de compétences et leurs centres d'intérêts [6 ; 8]. Ce site, qui a vu le jour en 2001, compte aujourd'hui plus de 1500 projets et 270.000 participants potentiels [6]. Les participants sont pour la plupart des chercheurs actifs ou à la retraite : 65,8% des personnes inscrites sur InnoCentive ont un doctorat [8 ; 9 ; 10]. Environ 30% des problèmes postés sur ce site sont résolus [8 ; 9 ; 10]. Par ailleurs, il semblerait qu'être un "technical outsider" soit un atout : les participants n'étant pas experts du domaine proposé ont 10% de chance de plus de résoudre un problème [8].

    Les compétitions scientifiques sont ouvertes à tous. Cependant, les participants qui sont financés par des sponsors ont plus de chance de gagner un concours. Ce fut le cas de Burt Rutan, vainqueur du "Ansari X PRIZE", qui a reçu 22 millions de dollars de Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, lors de sa participation à ce concours [11].

    Un engouement, les risques et les implications éthiques

    L'engouement pour les compétitions scientifiques a vu le jour au début des années 2000, notamment grâce au "Ansari X PRIZE". Cette compétition, dotée de 10 millions de dollars, visait à créer un engin aérospatial capable de voler à 60 miles (100km) d'altitude avec à bord trois personnes [5 ; 12]. Une équipe d'anciens astronautes a reçu le prix en 2004.

    En 2011, la compétition "Vehicle Stopper Challenge" a été lancée par les laboratoires de recherche de l'armée de l'air américaine ("Air Force Research Laboratory") en collaboration avec InnoCentive. Son objectif était de résoudre un problème rencontré par de nombreux soldats en zones de conflit : comment stopper un véhicule en fuite sans le détruire ni blesser ses occupants ? Plus de 1000 personnes ont exprimé un intérêt pour cette compétition et 150 projets ont été soumis. Un ingénieur péruvien de 66 ans a gagné le prix de 25.000 dollars pour avoir créé une voiture électrique téléguidée. Cette voiture, pouvant accélérer jusqu'à 130 miles/heure (209 km/h) en trois secondes, permet de déployer un airbag sous un véhicule, afin de le soulever et de le forcer à s'arrêter. La défense militaire américaine évalue désormais la possibilité d'utiliser cet outil pour de futures missions [4].

    Les compétitions scientifiques et technologiques amènent les chercheurs amateurs à réaliser des expériences alors qu'ils ne connaissent pas forcément les règles de sécurité. De fait, ces compétitions peuvent avoir des conséquences graves, voire dramatiques, pour leurs participants, tels des accidents mortels lors de concours aéronautiques [11]. Il existe, de surcroit, des implications éthiques évidentes, spécifiquement pour les compétitions impliquant une expérimentation sur des animaux. Le site internet DIYbio.org a été créé suite à la démocratisation de la pratique scientifique en dehors des laboratoires de recherche [13]. Il permet notamment aux chercheurs amateurs de poser des questions à de vrais "experts" en biologie moléculaire et cellulaire afin de limiter les risques liés à de mauvaises manipulations.

    Par ailleurs, la propriété intellectuelle des découvertes faites lors de compétitions scientifiques est parfois difficile à définir [2]. Par exemple, la compétition "Ansari X PRIZE" a entraîné la construction de l'engin aérospatial SpaceShipOne. La compagnie privée Virgin Galactic a signé un accord avec les gagnants du concours pour utiliser les technologies qu'ils avaient développées et créer SpaceShipTwo [2]. Cependant, d'autres prototypes ont été construits lors de cette compétition. Bien qu'ils n'aient pas été primés, ces prototypes possèdent des technologies de pointe qui pourraient être en partie réutilisées par différents secteurs de l'aéronautique [2]. Il est donc nécessaire de bien étudier les réglementations d'un concours scientifique avant d'y participer.

    Les compétitions scientifiques et les Etats-Unis, une histoire de pragmatisme

    Les compétitions scientifiques sont extrêmement populaires aux Etats-Unis car elles correspondent parfaitement bien au pragmatisme américain. Comme l'expliquent les organisateurs de nombreux concours et les agences fédérales, trois aspects clés incitent à l'organisation de compétitions scientifiques :

    1/ "You pay for what you get" : les compétitions scientifiques permettent aux organisateurs de ne rétribuer les chercheurs qu'une fois l'objectif scientifique atteint. Ainsi, les agences fédérales n'ont pas à donner de l'argent en amont pour des travaux qui n'apporteront pas forcément les réponses espérées. Les compétitions reposent sur le modèle américain "classic pay-for-success model" [8].

    2/ "You tell people what you want, but not how to do it" : le lancement de compétitions est rapide. En effet, les agences fédérales ont simplement à préciser ce qu'elles souhaitent découvrir, et non pas comment cela doit être fait. Leur implication est minimale : "get more with less" [4].

    3/ "Crowdsourcing - the idea that the solution is already out there" : les organisateurs de compétitions scientifiques considèrent qu'au moins une personne dans le monde connaît potentiellement la solution. Par conséquent, l'organisation d'une compétition rassemblant un maximum de participants apportera forcément la réponse. A l'heure de la communication digitale et d'internet, l'accès simultané à des milliers de personnes devient encore plus facile. Le "crowdsourcing" constitue dès lors un outil phénoménal [8].

    Selon James Love, président de l'ONG "Knowledge Ecology International", les compétitions scientifiques médicales pourraient avoir un impact majeur sur l'accès aux soins et aux médicaments dans les années à venir [8 ; 14 ; 15]. Aujourd'hui, le prix de certains médicaments proposés par l'industrie pharmaceutique est très élevé. Les compétitions scientifiques imaginées par le gouvernement américain consisteraient à développer de nouveaux médicaments dont la FDA ("Food and Drug Administration") aurait alors l'exclusivité, afin d'en favoriser le développement sous forme de générique [8 ; 14 ; 15]. La diminution du coût des traitements permettrait de protéger le système de santé américain. Le sénateur Bernard Sanders considère ainsi que la création du fond "Medical Innovation Fund" permettrait d'économiser 250 milliards de dollars par an, s'il finançait des compétitions médicales à hauteur de 80 milliards par an [8]. Un autre aspect positif serait le développement de traitements pour des maladies orphelines ou qui sévissent dans des pays en voie développement, dont le faible potentiel commercial n'incite pas les grands laboratoires à investir dans la recherche de traitements adéquats.

    Conclusion

    Les compétitions scientifiques représenteraient aujourd'hui plus de 2 milliards de dollars d'investissements, ayant un impact conséquent sur l'économie et la recherche scientifique [2]. En effet, les participants recherchent souvent des financements pour mener à bien leurs projets. Par exemple, pour le "Ansari X PRIZE" fixé à "seulement" 10 millions de dollars, l'ensemble des équipes participantes a dépensé plus de 100 millions de dollars [12]. Cet investissement majeur a lancé la conquête du tourisme spatial.

    Les compétitions scientifiques permettent à de riches philanthropes et aux agences fédérales d'investir leur argent sans aucun risque, en ne remettant une récompense que si l'objectif est atteint. Les compétitions scientifiques permettent, sans aucun doute, de démocratiser la recherche, et peut-être aussi de la faire progresser.

     

    Source : bulletins-electroniques.com

     

    Werner Laferier


  • Commentaires

    1
    rien na foot
    Dimanche 12 Mai 2013 à 14:16

    Vous n'avez rien de mieux a faire que de racontrer ces  stupidites.

    On s'en contrefout de ce qui se passe aux states. Ils peuvent toujours crever on n'en a rien na foot. Connards de yankees de merde.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :